sport-histoire.fr

Biographie d'Alexandre II de Russie, tsar de Russie de 1855 à 1881

Cet article a été écrit à l'aide du livre : "Alexandre II, le printemps de la Russie" de l'académicienne Hélène Carrère d'Encausse.

Plan de la biographie d'Alexandre II :

1) Introduction
2) La jeunesse du futur Alexandre II
3) Le règne d’Alexandre II
4) Mariages et descendance
5) Les contemporains d'Alexandre II

1) Introduction :

Alexandre II, né le 29 avril 1818 et mort assassiné le 13 mars 1881, fut tsar de Russie de 1855 à 1881. Il est le fils de Nicolas Ier, tsar de 1825 à 1855, et de Charlotte de Prusse, dont le nom russe est Alexandra Feodorovna. Lorsque le tsar Alexandre Ier, contemporain de Napoléon Ier, meurt du typhus en 1825, c’est son frère, Nicolas Ier qui lui succède. En effet, Alexandre Ier n’avait pas de fils. Nicolas Ier monte sur le trône alors que l’insurrection décembriste, qui réclame du nouvel empereur une constitution, fait trembler les bases du pouvoir. Nicolas Ier est très conservateur : il laissera à son fils un pays affaibli (la défaite lors de la guerre de Crimée en est une illustration) qui a besoin d’être profondément réformé.

2) La jeunesse du futur Alexandre II :

Elevé dans une atmosphère très conservatrice, le jeune Alexandre reçoit une éducation stricte, dirigée par Vassili Joukovski. Il apprend ainsi de nombreuses langues, parmi lesquelles le russe, le polonais et le français. En 1837 et 1838, il entreprend le « grand tour », c'est-à-dire, dans un premier temps, la visite de plusieurs contrées russes puis, dans un second, la visite de nombreux Etats européens, durant laquelle il rencontre notamment la jeune Victoria, future reine du Royaume-Uni, ainsi que Marie de Hesse-Darmstadt, princesse allemande et protestante, qu’il épousera en 1841.

3) Le règne d’Alexandre II :

Le début du règne d’Alexandre II est consacré à la signature de la paix, après la défaite de la guerre de Crimée contre la France et le Royaume-Uni. Très vite, Alexandre II entreprend la réforme qui lui vaudra le surnom du « Libérateur », à savoir l’émancipation des serfs : les serfs privés deviennent libres (ils peuvent avoir un métier, posséder de la terre, etc.). Les serfs d’Etat bénéficiaient déjà de ce statut. Par cette réforme, la Russie entre dans la modernité aux yeux du reste de l’Europe. Alexandre II, aidé par son frère le grand-duc Constantin, fait d’autres réformes très importantes : la création des zemstvos (sorte de collectivités territoriales) en 1864 : la population peut ainsi participer à la gestion des affaires locales. De plus, ces zemstvos organisent l’enseignement primaire, auparavant sous le contrôle de l’Eglise. La réforme de l’enseignement donne une large autonomie aux universités qui deviennent plus facilement, de ce fait, un nid à révolte. La réforme judiciaire, également importante, sépare la justice de l’administration et rend la justice plus juste (moins d’arbitraire). La réforme militaire réduit la durée du service militaire de 25 ans à 6 ans. Durant la quasi-totalité de son règne, Alexandre II reste fermé à l’idée d’adopter une constitution. Cependant, juste avant son assassinat, Alexandre II s’était résolu à accepter le projet de Mikhaïl Loris-Melikov, qui consistait à créer un Conseil d’Empire et des commissions chargés de réfléchir aux réformes à entreprendre.

Au début des années 1860 (1861-1864), Alexandre II doit faire face à d’importantes insurrections en Pologne. En effet, les révolutionnaires souhaitaient, sinon l’indépendance, du moins une large autonomie. Ces révoltes seront durement réprimées, en partie par l’action du général Mouraviev. Sa politique extérieure est marquée par la guerre russo-turque de 1877-1878, qui permet à la Russie d’annexer des territoires (la Bessarabie du Sud), tout en affaiblissant l’empire ottoman. Par ailleurs, Alexandre II entreprend la conquête de territoires situés en Asie centrale, où l’ennemi anglais possède de nombreuses colonies. Les russes exercent désormais leur influence sur les Kazakhs, les Kirghizes, les Ouzbeks et les Turkmènes et mettent la main sur des ressources telles que le coton. Conformément à la politique qui privilégie un territoire continu, la Russie cède l’Alaska aux Etats-Unis en 1867, qu’elle juge couteuse et difficile à protéger face au Royaume-Uni. A partir de la fin des années 1860, le règne est marqué par des mouvements révolutionnaires : le nihilisme, dont les principaux représentants sont Ivan Tourgueniev (avec son roman Pères et Fils de 1862), Nikolaï Tchernychevski (qui rédigea « Que faire ? ») et Serge Netchaïev (avec son livre intitulé le « Catéchisme révolutionnaire). Le nihilisme vise à la destruction de l’Etat, notamment via l’assassinat de l’empereur : c’est ainsi que l’étudiant Dmitri Karakozov a tenté d’assassiné Alexandre II en 1866, à Saint-Pétersbourg. Autre mouvement, le populisme, dont Pierre Lavrov a contribué au succès, à travers « ses lettres historiques ». Ce mouvement, qui condamne le terrorisme, préconise « d’aller au peuple », c'est-à-dire de propager les idées dans les milieux populaires. Enfin, le dernier mouvement est celui lancé par les organisations « Zemlia i Volia » (Terre et Liberté) et « Narodnaïa Volia » (Volonté du Peuple) et dont le but affiché est de détruire l’Etat en assassinant l’empereur. C’est ainsi qu’après sept tentatives d’assassinat, Alexandre II est tué en mars 1881 à Saint-Pétersbourg.

4) Mariages et descendance :

En 1841, Alexandre II épouse Marie de Hesse-Darmstadt, qui prend le nom russe de Maria Alexandrovna. Huit enfants sont nés de cette union :

- Alexandra Alexandrovna (1842-1849)
- Nicolas Alexandrovitch (1843-1865)
- Alexandre III (1845-1894), tsar de 1881 à 1894, qui épouse Dagmar de Danemark
- Vladimir Alexandrovitch (1847-1909), qui épouse Marie-Alexandrine de Mecklembourg-Schwerin
- Alexis Alexandrovitch (1850-1908)
- Maria Alexandrovna (1853-1920), qui épouse le fils de la reine Victoria du Royaume-Uni, Alfred de Saxe-Cobourg-Gotha
- Sergueï Alexandrovitch (1857-1905), qui épouse Elisabeth de Hesse-Darmstadt
- Paul Alexandrovitch (1860-1919), qui épouse Alexandra de Grèce puis Olga Karnovic Paley

Avec Catherine Dolgorouki (qui deviendra l’épouse du tsar en 1880, après la mort de Marie de Hesse-Darmstadt), Alexandre II eut quatre enfants légitimés :

- George Alexandrovitch Yourievsky (1872-1913)
- Olga Alexandrovna Yourievska (1873-1925)
- Boris Alexandrovitch Yourievsky (1876)
- Catherine Alexandrovna Yourievska (1878-1959), qui épouse Serge Obolensky

5) Les contemporains d'Alexandre II :

- Napoléon III, empereur des Français 1852 à 1870
- Adolphe Thiers, président de la république française de 1871 à 1873
- Mac-Mahon, président de la république française de 1873 à 1879
- Jules Grévy, président de la république française de 1879 à 1887
- François-Joseph Ier d'Autriche, empereur d'Autriche, roi de Hongrie et roi de Bohême de 1848 à 1916
- Victoria, reine du Royaume-Uni de 1837 à 1901
- Guillaume III, grand-duc de Luxembourg de 1849 à 1890
- Franklin Pierce, président des Etats-Unis de 1853 à 1857
- James Buchanan, président des Etats-Unis de 1857 à 1861
- Abraham Lincoln, président des Etats-Unis de 1861 à 1865
- Andrew Johnson, président des Etats-Unis de 1865 à 1869
- Ulysses S. Grant, président des Etats-Unis de 1869 à 1877
- Rutherford B. Hayes, président des Etats-Unis de 1877 à 1881
- James Garfield, président des Etats-Unis en 1881
- Chester Arthur, président des Etats-Unis de 1881 à 1885
- Isabelle II, reine d'Espagne de 1833 à 1868
- Le général Francisco Serrano y Dominguez, au pouvoir de 1868 à 1870 (durant la période de Régence)
- Amédée Ier, roi d'Espagne de 1870 à 1873
- Alphonse XII, roi d'Espagne de 1874 à 1885
- Léopold Ier, roi des Belges de 1831 à 1865
- Léopold II, roi des Belges de 1865 à 1909
- Oscar Ier, roi de Suède de 1844 à 1859
- Charles XV, roi de Suède de 1859 à 1872
- Oscar II, roi de Suède de 1872 à 1907
- Othon Ier, roi de Grèce de 1832 à 1862
- Georges Ier, roi de Grèce de 1863 à 1913
- Pierre V, roi de Portugal de 1853 à 1861
- Louis Ier, roi de Portugal de 1861 à 1889
- Florestan Ier, prince de Monaco de 1841 à 1856
- Charles III, prince de Monaco de 1856 à 1889
- Aloïs II, prince de Liechtenstein de 1836 à 1858
- Jean II, prince de Liechtenstein de 1858 à 1929
- Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti), pape de 1846 à 1878
- Léon XIII (Giocchiano Pecci), pape de 1878 à 1903

Alexandre II de Russie
Alexandre II

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager ! : Tweeter

© 2017 - www.sport-histoire.fr - Tous droits réservés - Contact - HTML5 - CSS 3 - Partenaires : Envie d'un thé ou d'un café ?, Développeur web Angers - Langues du site : FR - EN - ES - PT - DE - IT