sport-histoire.fr

Tout sur le dividende d'une entreprise

Qu'est-ce qu'un dividende ? : Définition

Un dividende est une rémunération versée par une entreprise à ses actionnaires. Le dividende est payé grâce au bénéfice net de l'entreprise durant l'exercice (l'année) et/ou grâce aux bénéficies mis en report à nouveau ou en réserve les années précédentes. Le montant du dividende (somme versée par action) est décidé par l'Assemblée générale de l'entreprise. Le dividende rémunère l'actionnaire en contrepartie de ses investissements dans l'entreprise et du risque qui y est lié.

Modalités de distribution d'un dividende

La politique de dividende d'une entreprise relève de l'assemblée générale des actionnaires. En conséquence, le versement d'un dividende n'est en aucun cas automatique. Par exemple, une entreprise peut renoncer à verser un dividende pour employer la trésorerie à des investissements générateurs de croissance et de profits à long terme pour l'entreprise.

Lorsqu'une entreprise génère des bénéfices, elle peut soit les mettre partiellement ou intégralement en réserve comptable, soit les distribuer (partiellement ou intégralement, selon la politique de dividende choisie) aux actionnaires. Mettre des bénéfices en réserve ou en report à nouveau permet, par exemple, de distribuer des dividendes, même en cas de pertes lors de l'exercice.

La distribution des dividendes peut se faire en numéraire (l'entreprise verse de l'argent à ses actionnaires) ou en actions, ce qui permet à l'entreprise de minimiser sa sortie de trésorerie. Dans ce dernier cas, les actions sont proposées avec une décote maximum de 10% par rapport au cours moyen des 20 dernières séances.

Principales caractéristiques des dividendes

Montant et fréquence du dividende :

L'assemblée générale des actionnaires d'une entreprise décide du montant du dividende par action qui sera distribué. La distribution peut se faire en une seule fois, ou en plusieurs fois : dans le dernier cas, il y a donc un ou plusieurs acomptes, puis le paiement du solde. Payer en plusieurs fois permet notamment d'amoindrir l'amplitude des sorties de trésorerie. Par exemple, Total et GDF SUEZ, deux sociétés qui offrent un rendement important, optent pour un dividende payé en plusieurs fois. Le rendement du dividende est égal au montant du dividende annuel (acompte(s) + solde) divisé par le cours de l'action à une date donnée.

Date de détachement de coupon :

L'assemblée générale communique aux actionnaires la date de détachement de coupon, c'est-à-dire la date à laquelle un actionnaire doit posséder l'action pour avoir droit au versement du dividende (il n'y a pas besoin de posséder l'action durant une année entière pour avoir droit au dividende). A cette date, le cours de bourse est susceptible de fluctuer puisque l'action enregistre une baisse égale au montant du dividende versé. Par conséquent, l'actionnaire ne gagne pas réellement le montant du dividende (le gain correspondant au paiement du dividende est compensé par une baisse du cours). Néanmoins, le dividende versé est une plus-value certaine, dite plus value réalisée.

Date de mise en paiement du dividende :

L'assemblée générale communique aux actionnaires la date de mise en paiement du dividende, c'est-à-dire la date à laquelle l'actionnaire recevra effectivement les fonds sur son compte. Cette date est postérieure à la date de détachement de coupon.

Influence du dividende sur les investisseurs

Chaque entreprise adopte, via son assemblée générale, une politique de dividende qui peut influencer, en bien ou en mal, le comportement des investisseurs. En effet, certaines sociétés décident de distribuer un rendement important : on parle alors de "valeurs de rendement". Ces valeurs sont en général privilégiées pour les investissements à long-terme et/ou pour les investissements réalisés dans le cadre d'une gestion passive (achats/ventes peu fréquents) : elle génère en effet un revenu important et régulier, si cette politique est maintenue. C'est le cas notamment de Total. Cependant, si le rendement distribué paraît trop important aux yeux des investisseurs, ceux-ci peuvent rester à l'écart de cette société (non viabilité à long terme car trop peu de trésorerie allouée aux investissements, etc.). Une baisse de dividende peut être saluée positivement par les investisseurs. Cela a été le cas de GDF SUEZ qui, suite à la décision d'avril 2014 de baisser les dividendes pour privilégier les investissements, a vu la valeur de son action bondir en bourse.

Par opposition aux "valeurs de rendements", les "valeurs de croissance" privilégient les investissements générant croissance et profits sur le moyen-long terme à la distribution de dividendes. Les dividendes de ces sociétés sont donc peu élevés. Avec les valeurs de croissance, l'investisseur cherche à générer des plus-values issues principalement de la vente à un cours de bourse plus élevé que celui d'achat.

Fiscalité des dividendes

La fiscalité appliquée sur les dividendes dépend des pays et des supports d'investissement. En France, la détention d'actions dans le cadre d'un Plan d'Epargne en Actions (PEA) ou d'une Assurance Vie permet notamment d'alléger l'imposition. Par exemple, dans le cadre d'un PEA ouvert depuis plus de 5 ans, les plus values ne sont pas sujettes qu'aux prélèvements sociaux (15,5%). Si les actions sont détenues via un compte-titre, les plus-values réalisées sont prises en compte dans l'impôt sur le revenu.

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager ! :

© 2017 - www.sport-histoire.fr - Tous droits réservés - Contact - HTML5 - CSS 3 - Partenaires : Envie d'un thé ou d'un café ?, Développeur web Angers - Langues du site : FR - EN - ES - PT - DE - IT